03 mai 2008

Antigone

Antigone est la soeur de Polynice et Etéocle, les frères ennemis, et d'Ismène ; qui tient un rôle secondaire dans l'oeuvre. Fille de l'union incestueuse d'Oedipe avec sa propre mère, Sophocle la désigne plusieurs fois comme ayant hérité du caractère "brutal" et "insolent" de son père.
La pièce s'ouvre sur la décision d'Antigone de braver l'autorité de Créon en ensevelissant le corps de son frère Polynice. Par un souci de justice envers ses frères, de loyauté familiale et de grande piété, elle rend les hommages funéraires à celui-ci, bien qu'il ait précédement attaqué l'armée de Thèbes dans une querelle de pouvoir. Tout au long du drame, la jeune femme ne cesse de déclarer qu'elle préfère braver le pouvoir en place que les "lois non-écrites et infaillibles des Dieux" (vers 455). Son pêché est donc la piété et le respect de la famille.
Antigone représente la dissidence et la résistance face à un pouvoir abusif et individuel. Elle sacrifie son avenir, sa vie de future épouse et de future mère afin de respecter la volonté "des morts et des Dieux". Aucune autorité n'est supérieure aux lois divines, et aucun mortel ne peut entraver son action, quelle que soit sa punition. La jeune femme suit donc ses principes moraux a tout prix, sans prendre en considération la société dans laquelle elle vit.
Malheureuse parmi les vivants, car ayant perdu ses parents et ses frères, Antigone met fin à ses jours suite à l'enfermement à vie à laquelle Créon la soumet. Elle veut rejoindre sa famille dans la mort, et dit avant de mourir que "lorsque je serai là-bas, j'aurai l'amour de mon père, ton amour, ma mère et ton amour, frère chéri" (vers 898). Cet espoir qu'elle nourrit est de pouvoir agir avec ceux qu'elle aime, comme elle le souhaite, librement et sans enpêchement, dans l'au-delà.
Sa quête de la liberté face à un pouvoir despotique qu'est Créon la condamne donc à la mort, où elle est délivrée de toutes souffrances...

Posté par melikiara à 17:50 - - Permalien [#]