03 mai 2008

Créon

Créon est l'oncle d'Antigone, des frères Polynice et Etéocle et d'Ismène. Il est également le père du fiancé d'Antigone ; Hémon. Après les disparitions successives d'Oedipe et des frères ennemis, il est le nouveau souverain de Thèbes.
Sophocle le décrit dans son oeuvre comme consciencieux et intraitable. Ce roi déclare s'appuyer sur le fait que "quiconque a la direction de la ville entière et ne s'attache pas aux meilleurs avis, si une peur lui verouille la langue, [...] il est le pire des hommes" (vers 178) et "quiconque fait plus de cas de son parent que de son pays, je dis qu'il n'a sa place nulle part" (vers 181). Ce sont ces deux lois, celle de la bravoure et de l'impartialité, sur lesquelles Créon se fonde pour gouverner sa ville.
Pour lui, il ne peut y avoir aucune entrave, et il est le seul juge final de ceux qui s'opposent aux principes qu'il soumet à la ville. Son autorité doit être incontestable, et il considère que ceux qui "supportent mal ce qu'[il] fait et grondent contre [lui]" (vers 290) ne bravent son pouvoir que "pour de l'argent" (vers 294).
Créon est donc si sur de lui et de son jugement que le facteur qui pousse les citoyens à se rebeller contre lui ne opeut être que l'appât du gain, du pouvoir ou même la folie.
Ainsi, lorsqu'Antigone fait figure de dissidente, il n'a d'autre choix que de la condamner, étant persuadé que son gest a été poussé par la folie plutôt que par la piété. Dans sa décison, peut lui importe l'avis d'Hémon, son fils. Il ne remet pas en cause son geste et ne tient pas compte des arguments de ceux qui s'y opposent, comme Hémon, ou la Coryphée.
Ce n'est qu'après avoir compris que tout Thèbes s'oppose silencieusement à ce jugement, qu'il finit par changer son opinion. Mais, lorsqu'il veut libérer Antigon de son emprisonnement, il la retrouve pendue, bien vite rejointe par son fils et sa femme.
Il est donc seul à la fin de l'oeuvre, se rend compte de son erreur et de sa prise de conscience trop tardive. Sa faute est irréparable, et lui doit vivre avec le remord qui le ronge...

Posté par melikiara à 19:12 - - Permalien [#]